Actus et Communiqués de Presse

03/06/2015

Partager :
Partager sur LinkedIn

"Financement des PME : bilan 2014 et tendances du premier trimestre"

La CGI (Confédération du Commerce de gros et international) et Banque Populaire présentent, dans le cadre de leur partenariat, les enseignements de l’Observatoire du commerce de gros et international en 2014 et les tendances du premier trimestre 2015.

L’Observatoire du commerce de gros et international, publié chaque trimestre, est un indicateur de référence de l’activité et des tendances du commerce de gros et international.

Le Commerce de gros et international ne parvient pas encore à renouer avec la croissance début 2015 mais la baisse tend à s’atténuer pour atteindre – 1,5 %

Le commerce international a pourtant bien connu un pic de croissance au premier trimestre 2015 dû à la chute du cours de l’euro face au dollar.

La crise de l’approvisionnement à la construction, observée au second semestre 2014, se poursuit début 2015. L’approvisionnement de l’industrie et pièces détachées automobiles se détériore un peu début 2015, se rapprochant ainsi de la baisse persistante affichée par les produits de consommation courante.

Le léger rallongement des délais de paiement, observé en début d’année, a eu également un effet négatif immédiat sur la trésorerie des entreprises.

Cependant, l’activité semble repartir légèrement à la hausse pour la plupart des filières agro-alimentaires notamment pour les boissons et les produits laitiers qui ont bénéficié d’une légère hausse des prix.

Globalement, les professionnels se montrent un peu plus confiants quant à l’évolution à court terme de leur activité et pourrait envisager des projets d’investissements. 

"Le sujet qui intéresse plus particulièrement les chefs d’entreprises du commerce de gros, c’est le financement de nos moyens de production ;

Nos PME ont traditionnellement besoin de 2 catégories de financement : le financement de leur besoin en fond de roulement et le financement de nouveaux projets.

Nous saluons la mesure que le gouvernement vient de prendre sur le suramortissement de 140 % de l’investissement, qui s’applique du 15 avril 2015 au 15 avril 2016. Cette mesure devrait  permettre de soutenir l’investissement productif des entreprises pour accélérer la modernisation de leur outil de production et leur permettre d’être plus compétitives. Nous regrettons simplement que son application soit limitée à un an et que les investissements informatiques de production (digitalisation et dématérialisation) et les achats de véhicules ne puissent pas être éligibles à cette procédure de suramortissement", témoigne Marc Hervouet, Président de la CGI.

Banque Populaire propose des solutions de financement pour toutes les entreprises

"En tant que première banque des PME*, nous observons que l’effet d’auto-limitation des entrepreneurs sur le crédit s’estompe en ce début d’année, et que la demande s’exprime plus clairement. Au premier trimestre 2015, notre production en crédits d’équipements accordés aux entreprises a progressé en cumulé de 11 % par rapport au premier trimestre 2014. Banque Populaire propose une large gamme de produits innovants, afin de répondre aux besoins des chefs d’entreprises. Par exemple, Innov&Plus, avec le soutien du Fonds européen d’investissement, permet aux entrepreneurs de bénéficier de conditions attractives pour tout type de projet d’innovation. La mesure sur le suramortissement peut aussi être combinée avec une offre de crédit-bail mobilier pour créer une solution souple et efficiente pour l'entreprise", précise Christophe Descos, directeur du marché des Entreprises et Institutionnels Banques Populaires.

* Etude TNS SOFRES « Les entreprises et les banques », juin 2013