Actus et Communiqués de Presse

24/03/2016

Etude Caisse d’Epargne : le compte courant est-il le produit d’épargne préféré des français ?

Le comportement des français en matière d’épargne a radicalement changé depuis trois ans. En effet, entre 2003 et 2011, l’excédent moyen d’épargne des français était de 52 milliards d’euros(1) avec une prédominance de l’épargne rémunérée (Livret A, PEL…). Depuis 2012, la moyenne des excédents est de 15 milliards d’euros et l’épargne se porte majoritairement sur les comptes courants

Entre 2014 et 2015, on note une accélération de cette nouvelle répartition. Pour preuve, entre 2013 et 2014, l’excédent d’épargne des ménages sur les dépôts à vue avait progressé de 16 milliards [1] d’euros et entre 2014 et 2015 de 30 milliards. 

Dans ce contexte, Caisse d’Epargne a lancé la première étude sur le comportement de ses clients, représentatifs de la population française, dont les encours sur les comptes courants sont en augmentation. Cette étude à la fois qualitative et quantitative a été menée auprès d’un échantillon de clients pour lesquels on observe un accroissement des montants sur les dépôts à vue plusde 50 %.

Les principales raisons évoquées par les clients sont de deux ordres :

  • une prédisposition à la prévoyance dans un contexte économique incertain qui les pousse à rechercher une liquidité absolue de leur épargne,
  • la baisse des taux des livrets d’épargne qui n’incite pas à optimiser son épargne.

Les personnes interrogées laissent deux fois plus d’épargne sur leurs comptes courants qu’elles ne pensent

Selon l’étude, 64 % des clients interrogés ont conscience de laisser de l’argent sur leurs dépôts à vue plutôt que sur de l’épargne rémunérée. Les trois quart ont l’impression d’en laisser moins (32 %) qu’avant et autant (42 %) sur leurs comptes courants.

Cela dénote une faible conscience de leur comportement d’épargne, car 100 % de l’échantillon a connu une progression de son encours sur son dépôt à vue d’au moins 50 %.

D’ailleurs, à la question « combien pensez-vous avoir d’épargne sur votre compte courant », ils répondent en moyenne 1.100 euros, alors que cet échantillon dispose sur le compte courant d’une épargne moyenne deux fois supérieure.

Les principales raisons qui les poussent, ou pourraient les amener, à laisser de l’argent sur leur compte courant sont de deux ordres : la recherche d’une liquidité absolue dans un contexte économique incertain et la baisse des taux.

Une recherche de liquidité absolue dans un contexte incertain

Première raison évoquée par 43 % des clients interrogés : l’argent doit être disponible à tout moment sans formalités.

Ils recherchent une liquidité absolue de leur épargne, et considèrent le compte courant comme plus disponible que les livrets d’épargne. Il présente à leurs yeux de nombreux avantages : « un support permettant une disponibilité immédiate », « des possibilités de paiement », « une réserve sécurisée ».

Les entretiens qualitatifs font, en effet, ressortir que les clients optent pour une gestion prudente avec une prédisposition à la prévoyance régie par deux grandes règles : « ne pas dépenser plus que ce que l’on a » et « ne pas dépenser tout ce que l’on a ». Ils sont d’ailleurs 69 % à déclarer ne jamais être à découvert.

Cette prévoyance est nourrie par une perception pessimiste de la situation économique et une crainte de l’avenir : 52 % mettent de l’argent de côté car ils ont peur de l’avenir. 

La baisse des taux de rémunération des livrets

Juste derrière la disponibilité, 38% des sondés partagent le sentiment que cela ne vaut pas le coup d’épargner sur des placements qui rapportent peu.

Ils estiment, en effet, qu’il est difficile de trouver, aujourd’hui, des placements intéressants (80 %) et que les livrets ne rapportent plus assez (77 %), alors même que le rendement net d’inflation du Livret A n’a jamais été aussi élevé depuis cinq ans.

Cela se traduit par une faible motivation des clients à déplacer leur argent du compte courant : pour 29 % par manque d’envie et pour 28 % parce que les sommes en jeu sont trop faibles.

De plus, pour 50 % des personnes interrogées, le niveau de taux psychologique qui permet un changement de comportement d’épargne est fixé à 3,5 %.

Au niveau des taux actuels, les français vont probablement privilégier durablement leurs comptes courants alors que le Livret A reste le plus attractif au regard de son taux net de rendement, de la sécurité et de la liquidité qu’il propose.

Méthodologie :

Etude menée en deux temps par Audirep auprès d’un échantillon de clients Caisse d’Epargne, répartis en six segments selon le niveau de montant de dépôts sur le compte courant et son augmentation sur six mois consécutifs :

  • Phase qualitative réalisée par téléphone et en face-à-face du 5 au 21 octobre auprès de 36 clients appartenant à chacun des segments
  • Phase quantitative réalisée en ligne du 23 novembre au 1er décembre 2015 auprès de 1 285 clients Caisse d’Epargne répartis sur les six segments.

[1] Source Banque de France, Direction des Etudes BPCE, FFSA