Actus et Communiqués de Presse

01/10/2014

Evolution du dispositif en Outre-Mer au sein du Groupe BPCE

Dans le cadre de la mise en œuvre de son plan stratégique « Grandir Autrement », le Groupe BPCE annonce un projet d’évolution de son dispositif en Outre-Mer zone euro avec la cession éventuelle de l’intégralité des participations de BPCE International et Outre-Mer (BPCE IOM) au sein de la Banque de la Réunion, de la Banque des Antilles Françaises et de la Banque de Saint-Pierre-et-Miquelon[1] à la Caisse d’Epargne Provence-Alpes-Corse (CEPAC) qui a manifesté son intérêt pour cette opération

Ce projet de cession permettrait en particulier :

  • de structurer la présence du Groupe en Outre-Mer zone euro autour de ses deux grands réseaux : les Banques Populaires et les Caisses d’Epargne ;
  • de capitaliser sur les fortes complémentarités existantes entre la CEPAC et les banques reprises, aussi bien en termes de clientèle et de fonds de commerce que d’implantation géographique ;
  • de donner les moyens à ces établissements de continuer à investir dans leur dispositif organisationnel et technologique afin de faire face aux enjeux digitaux de demain ;
  • de recentrer BPCE IOM sur la banque de proximité à l’international.

Pour François Pérol, président du directoire du Groupe BPCE, "cette opération serait créatrice de valeur pour le Groupe BPCE en lui permettant de renforcer la lisibilité de ses activités en Outre-Mer zone euro et d’en favoriser le développement. Elle aboutirait à faire de la CEPAC, présente sur ces territoires depuis 1996, un acteur de premier plan focalisé sur l’accompagnement dans la durée de ses sociétaires et de ses clients".
Alain Lacroix, président du directoire de la CEPAC, a déclaré : "Durant ces cinq dernières années, la CEPAC a conduit un projet de développement ambitieux aux Antilles et à La Réunion. La conjugaison de sa solidité et de ses expertises avec le savoir-faire des équipes des Banques de la Réunion, des Antilles Françaises et de Saint-Pierre-et-Miquelon vont lui permettre de mettre en œuvre demain une stratégie de croissance durable au service des femmes et des hommes de ces territoires".

Le projet a été annoncé, le 1er octobre 2014, aux comités d’entreprise de BPCE IOM, de la CEPAC et des entités concernées par le projet.

A l’issue des procédures d’information-consultation des comités d’entreprise, et en cas d'accord des parties sur les modalités du projet, BPCE IOM déposerait une offre publique d’achat simplifiée – suivie, en cas de succès, d’un retrait obligatoire – sur les actions cotées de la Banque de la Réunion. Le prix proposé par l’initiateur de l’offre, BPCE IOM, serait – sur la base des éléments dont il dispose à ce jour –  de 142,6 euros par action, représentant une prime de 34% sur le cours de clôture de l’action au 1er octobre 2014. Par rapport aux moyennes de cours 1 et 3 mois pondérées par les volumes avant cette date, les primes s’élèveraient respectivement à 35% et 46%.

Conformément à la réglementation de l’AMF, le  caractère équitable de l’offre d’un point de vue financier pour les actionnaires de la Banque de la Réunion, y compris dans la perspective d'un éventuel retrait obligatoire, fera l’objet d’une validation par un expert indépendant nommé par le Conseil d’Administration de la Banque de la Réunion.

En cas d’accord des parties, la finalisation de l’opération pourrait intervenir au premier semestre 2015 sous réserve de l'obtention des autorisations requises et des procédures d'information-consultation des instances représentatives du personnel des entités concernées.

[1]  Le Groupe BPCE rappelle qu’à la date du présent communiqué BPCE IOM détient :

  • 100% du capital et des droits de vote de la Banque des Antilles Françaises ;
  • 88,9% du capital et des droits de vote de la Banque de la Réunion (société cotée au marché Euronext Paris – Compartiment C) ; et
  • 86,2% du capital et des droits de vote de la Banque de Saint-Pierre-et-Miquelon.